Le site du Château Soudars

  Accueil
  Mes propositions du moment
  Travail au Vignoble
  C’est quoi ? D’où ça vient ?
  Mes conseils
  Qui sommes-nous ?
  Recettes



VOTRE COMPTE


> Créer un compte



VENTE EN LIGNE

> Accès à la boutique
> Offre découverte
> Mon panier d'achats
> Conditions de vente



  CONTACTEZ NOUS
  contact@chateausoudars.com
  Tél : +33(0)5.56.59.36.09
  Fax : +33(0)5.56.59.72.39

Mes conseils


Choisir son vin en GMS quand on n’y connaît pas grand chose…

Saviez-vous que se sont les femmes qui achètent le plus souvent du vin en grande ou moyenne surface (GMS) ? Tout simplement, car elles en profitent pour grouper cet achat avec les courses de la famille mais surtout parce qu'elles doivent gérer bien souvent les invitations à dîner... Si certains maris n'ont pas le temps de s'occuper du vin, il en existe d'autres, passionnés, pour qui c'est une vraie activité.

Quand vous n'y connaissez pas grand chose, que vous soyez une femme ou un homme, en fin de compte vous vous posez les mêmes questions. Le linéaire vous semble interminable... Autant de régions viticoles de que cépages, que de types de vin... bref, impossible de faire son choix rapidement. Et c'est à ce moment là vous vous dites que si vous étiez allé chez un caviste, il aurait pu vous conseiller facilement et ça aurait été quand même plus rapide.
Cela dit, en répétant régulièrement cet exercice, je pense que vous vous prendrez au jeu.

Première chose ; puisque vous allez préparer un dîner il vous faut un vin de repas. Je vous conseille de préférer un vin d'Appellation Origine Contrôlée et pourquoi pas du Médoc (Bordeaux). Maintenant que vous êtes devant, vous observez plusieurs sous catégories ; Margaux, Médoc, Listrac, Moulis, Haut-Médoc... ces appellations sont composées de familles de crus dont les prix sont plus ou moins abordables dans votre cas. Si vous ne savez pas faire de différence entre ces AOC, vous allez choisir en fonction de votre budget, vous verrez rapidement ce qui peut vous convenir.

Après cela, triez par millésime car dans ces appellations il est préférable de consommer aujourd'hui des vins avec un minimum de vieillissement. Préférez ainsi un 1999, 2000, 2001, 2002 ou 2003 car je trouve que les 2004, 2005 et 2006 méritent d'attendre un peu.
Normalement, vous devez avoir trouvé au minimum quatre ou cinq vins qui correspondent à vos critères de prix et de millésime (en fonction du type de magasin).

Si ces vins ou noms de châteaux ne vous disent rien, il va pourtant falloir faire votre choix. Heureusement, certaines enseignes, pour vous aider, mettent en avant des produits avec des présentations originales dans les rayons. Il existe aussi des collerettes posées autour du goulot où vous saurez en un coup d'oeil les références qui ont été notées dans un guide (GaultMillau ou le Guide Hachette, ...) Il est possible aussi que sur certaines bouteilles soit mentionnée une médaille.
Si vous avez deux minutes, cherchez les guides spécialisés qui normalement sont dans le rayon à disposition des clients (Guide Gilbert et Gaillard, Guide Hachette, Parker....). Avec un peu de chance vous trouverez une description du vignoble en question voire du vin.

Dans ces cas là, si vous êtes attentifs à ces récompenses, il est plus simple de faire votre choix. Dans le cas contraire, regardez s'il y a une contre étiquette sur la bouteille car celle-ci doit valablement vous aider en décrivant le produit et même en vous conseillant des accords met/vin.

Malgré toutes ces étapes, si votre choix n'a toujours pas été fait, dites vous bien qu'après un certain temps dans ce rayon, il va bien falloir se jeter à l'eau... Le cas échéant, s'il n'y a personne pour vous aider dans le rayon, vous prendrez la bouteille qui vous inspire le plus et je vous conseille de prendre une reference dont le rayon n'est pas complet car cela veut dire que la rotation est rapide (quand il manque des bouteilles, c'est souvent signe que la marque marche bien a la vente)

Un dernier petit conseil ; pensez à faire vos courses de produits frais en dernier car vous passerez toujours un peu plus de temps que prévu dans ce rayon. Vous éviterez ainsi de retrouver la glace vanille dans votre caddie complètement fondue...

Pour plus d'info visitez le site du Conseil des vins du Médoc sur www.medoc-bordeaux.com




Ouvrir un vieux Bordeaux ...

Enfin arrive l'occasion où vous décidez de faire déguster à vos convives une vieille bouteille gardée dans votre cave précieusement. Justement, ne gachez pas ces années d'attente et prennez votre temps ...

Ne la secouez pas, prenez la bouteille délicatement et posez la droite sur une table à l'abri de la chaleur ou du froid et inaccessible aux enfants (pour être certain de la déguster un jour et non d'en ramasser les morceaux !). Ceci a pour objectif de stabiliser les sédiments pour qu'ils puissent reposer au fond de la bouteille. Composées de tannins et de particules solides en suspension solidifiées avec les années, ces matières deviennent visibles et ont un goût relativement amer et désagréable (proche du marc de café). Deux ou trois jours peuvent être nécessaires.

Attention à l'ouverture ! Ne faites pas l'erreur d'ouvrir cette bouteille bien longtemps avant de la servir à table. Le vin vieux n'a pas besoin de « s'aérer » bien au contraire, le contact avec l'air peut lui être fatal. Tant qu'à faire, il est plus judicieux d'éviter de servir un vin passé et fané ayant perdu tout son caractère.

Je vous conseille de décanter votre vin juste avant de le servir. Transvaser doucement et petit à petit le contenu de la bouteille dans une carafe à vin, et dès que vous apercevez (vers la fin) des particules, arrêtez pour ne pas en mettre dans la carafe. Aussitôt servez vos convives.
Plus le vin est vieux, plus il est fragile. Soyez délicat.




A table !

Comment mieux apprécier un vin rouge du Bordelais ? En le dégustant en mangeant bien sûr !
Tout simplement car ceci est beaucoup plus convivial autour d'une table et surtout parce que dans notre région nous produisons des vins de repas et non d'apéritif.

J'entends par "vin d'apéritif", le produit qui tire son nom du cépage dominant (Cabernet-sauvignon, Merlot, ...etc) et qu'en Europe, nous consommons avant de passer à table.
Profitant généralement d'un climat particulièrement chaud, le vin du « Nouveau Monde » est fruité et plein d'arômes souvent élevé en alcool avec une finale sucrée en fin de bouche.
Basé sur la technique grâce à des processus d'élaboration quasi indéfinis (tant à la vigne qu'au chai), la plus part du temps produit en quantité industrielle, le vin de cépage n'est pas de garde mais de plaisir immédiat et ce dans les premières années de sa jeunesse.
J'ai tendance à dire qu'un verre suffit ! Deux, ça devient dangereux ... même si on grignote.

Les vins de "repas" sont généralement issus de nos pays européens c'est-à-dire de « l'ancien monde ». Le vin porte le nom d'une région et on y retrouve toute l'expression d'un terroir où enrichie des nouvelles techniques, l'expérience y a été acquise à travers les nombreuses générations.
Si le produit fini est complexe dans les arômes et dans la structure, il est l'illustration de l'interaction de plusieurs éléments : le sol, le climat, le cépage. Le travail du viticulteur consiste à optimiser la qualité de ses raisins sachant qu'il est obligé de subir les aléas du climat. C'est un vrai exercice de style puisqu'il est impossible de reproduire à l'identique un millésime.

Tout ceci pour vous expliquer qu'en fait le marché du vin rouge est assez vase et varié. Chaque amateur peut y trouver son bonheur entre les vins de mode et ceux de tradition.
Préférez quand même plus souvent la tradition car elle fait partie de votre patrimoine !








Pas de méthode, juste des trucs et astuces

Arrêtez de vous prendre la tête avec telle ou telle méthode. Voici quelques trucs qui suffiront pour déguster dans de bonnes conditions.

-La température idéale de consommation se situe entre 16 et 20°C suivant la température de la pièce ou la saison. Dégusté trop froid, il serait fermé et trop chaud, vous perdriez vos repères pour une juste appréciation.

-Nous vous conseillons d'utiliser un tire-bouchon à vrille large et longue (type Screwpull par exemple). Contrairement aux idées reçues, la déstructuration du liège au débouchage relève aussi souvent d'un tire-bouchon inadapté que de la mauvaise qualité du bouchon.

-La mise en carafe au dernier moment peut mettre en valeur certains millésimes dont l'âge ne présente pas de risque éventuel d'oxydation.

-Utiliser un bec verseur anti-goutte peut s'avérer utile. En effet, quand la bouteille a ete conservée dans un endroit humide ou quand le vin est vieux, au fil du temps, des microparticules naissent sous la capsule sur le bouchon et le bord du goulot. Lorsque vous servez, le vin entre directement en contact avec ces microparticules et dans votre verre, vous avez l'impression que le vin est bouchonné ...
Placez alors un bec verseur type Drop stop sur le goulot, changez de verre et servez vous.
Si la deviation persiste... vous aurez appris quelque chose !

-Le verre a une grande importance car il conditionne ce que nous communique le vin. Préférez ainsi un véritable verre à Bordeaux à tout autre modèle. Sa transparence et son pied permettent d'apprécier les propriétés visuelles du vin. Son corps allongé et bombé avec une ouverture plus refermée permet, quand il est rempli au tiers, l'agitation et la concentration d'un volume d'air suffisant pour recevoir les composés volatils du vin.
Pensez à vous assurer qu'aucune déviation ne peut venir du lavage (lavez-les plutôt à la main pour éviter les poudres de lave-vaisselle), du séchage (destinez un linge propre uniquement à cet usage) ou du stockage des verres (certains cartons, meubles ou placards peuvent les contaminer).

-Le cadre a aussi son importance : placez-vous dans une pièce calme pas trop chaude mais surtout sans odeur car les personnes parfumées et les fumeurs peuvent inconsciemment perturber les dégustateurs.

Pour votre information : d'autres facteurs externes peuvent influencer votre dégustation, ne soyez pas surpris s'il vous arrive de goutter différemment un même vin. Contrairement à ce que l'on peut penser, ce n'est pas le vin qui se modifie mais nous qui en avons une perception différente. Ce sont les phénomènes physiologiques de l'individu et les phénomènes extérieurs qui ont des effets importants au moment de la dégustation.




Expériences malencontreuses qui peuvent "tuer" un vin

L'accord vin/met n'est pas si compliqué. Il y a juste quelques règles pour ne pas avoir de mauvaises surprises.
Attention aux salades trop vinaigrées : le vinaigre, dérivé du vin, est un véritable ennemi. Préférez un assaisonnement à base d'huile d'olive et d'herbes (ciboulette, estragon, persil...etc). Vous pouvez aussi ajouter un peu de moutarde.

Il faut bannir les oeufs, asperges, melons, artichauts, ainsi que les recettes sucrées ou fortement épicées.

Par ailleurs, la dégustation d'un vin liquoreux en apéritif sature suffisamment le palais pour détruire la perception des qualités organoleptiques d'un vin rouge, alors qu'à l'inverse, un vin blanc bien sec avec ou sans bulle prépare le palais à la dégustation.

Pour votre info, servir à un même repas des vins rouges d'origines différentes n'est pas une bonne idée ni d'opposer un vin jeune à un vin vieux.




Ce vaste sujet qu'est la dégustation du vin ...

Elle est le seul moyen d'apprécier ce que procure le vin, c'est-à-dire du plaisir !
Vous devez savoir que la dégustation d'un vin peut être aussi simple que compliquée !
D'ailleurs, cela m'amuse lorsque je lis ou entends parler de "méthode de dégustation".
Il n'y a pas de méthode miracle de la dégustation mais plutot un cadre de base pour optimiser le moment si attendu ; quand vos sens sont à la rencontre du vin.
A ce moment là, ne vous posez qu'une seule question : est-ce que ce vin me plait ?

Il y a tout d'abord, l'adéquation de son nez et de son palais avec le liquide. Certaines personnes n'aiment que les vins « forts », c'est-à-dire tanniques alors que d'autres les aiment souples, plus fruités que boisés.
Il ne faut en aucun cas suivre l'avis du voisin ou de la majorité, c'est comme vous le sentez et le percevez. Vous êtes unique et vos sens aussi.
Soyez curieux (de temps en temps, ça fait du bien de jouer au touriste !), suivez votre instinct et vous tiendrez le bon bout... Et par pitié, ne soyez pas buveur d'étiquette !

Trouvez le juste et bon assemblage parmi l'hédoniste et l'intellectuel que vous êtes.
Sachez apprécier ce vin qui est dans votre verre, avec modération toujours et encore bien sûr !




Ne conservez pas de vin en appartement.

Pour ceux qui n'ont pas la chance d'avoir dans leur logement une vraie cave naturelle à température constante (fraîche et humide), voici quelques conseils.

Exposer des bouteilles pendant un transport ou tout autre motif à la chaleur altère irrémédiablement l'aptitude au vieillissement du fait de remontées de vin sur la hauteur du bouchon. Des déviations gustatives sont fréquemment constatées.

Conservez vos bouteilles couchées, loin d'un radiateur ou d'une exposition directe à la chaleur du soleil et surtout dans un endroit différent de là ou vous entreposez des produits d'entretien (déviations chimiques possibles). Faites attention à la climatisation car elle assèche trop l'air ce qui fait s'évaporer le vin et provoque des fuites par les bouchons et de l'oxydation.

L'excès de froid lors du stockage ne modifie en rien la qualité mais peut provoquer quelques dépôts tartriques, certes inesthétiques mais sans aucune incidence. Cependant, ne mettez pas un vin rouge au réfrigérateur car celui ci est trop froid et détruit les arômes du vin.
Dites-vous bien que le pire ennemis du vin est la variation de température.

Si vous décidez d'investir dans une cave à vin thermo-régulée, sachez qu'elle remplit parfaitement la fonction de stockage. Dans le cas contraire, je sous incite à ne faire que des achats au coup par coup, quelques jours avant. N'ayez un stock que de quelques bouteilles, ce qui vous permettra de voir venir sans faire vieillir véritablement le vin.

Certaines enseignes de grande distribution mettent justement à la vente des vins "prets à boire" (1998 jusqu'à 2004) et dans ce cas le produit est bien souvent conservé chez le producteur dans des conditions optimales avant mise en rayon.

Attention : nous tenons à vous préciser qu'il peut arriver qu'une bouteille soit bouchonnée. Néanmoins, la probabilité pour que deux le soient dans une même caisse est infime. Les rares cas qui nous ont été soumis relevaient de conditions de conservation inappropriées ou d'autres erreurs.